31/03/2009

Eté

 

etet

 

L’été ouvre les alcôves des
 milles et une senteurs,
Les coeurs s’ouvrent avec
 exubérance se lançant
A tête perdue vers de conquêtes
 demoiselles, l’apocalypse
De tout les sens font vibrer ces
amoureux clonés d’Adam.
Narguant leurs guindés faisant
 la nique à leurs destinées
ils s’en vont quérir de pas
 assuré l’élue de leurs coeurs
qui ouvrira de ses ardeurs
 La porte d’une nitescence
 Joviale..Subliminale,
d’un vole icarien
 construire en haut
de leurs fruits imaginaires le nid de leurs
Rêves jubilatoires avec l’aimé créer
de leurs songes les plus profonds,
L’été si prolixe de sa chaude chaleur
 à faire émerger les âmes noyées
D’incertitude, offre de son voile
Étoilée la naissance des plaisirs
sur des lichens aux odeurs verger,
 ces amours  poussant  racine
aux mots si câlins d’où l’enfant sera un
 jour né de deux amours ainsi soudés
Pour l’éternité, en traversant
 le temps, en traversant les saisons.

 

Copyright ©by the rebelle

 

12:24 Écrit par Libre Ce dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.