29/09/2014

Euthanasie

 

 euthanasie.png

 

 

Ils vont ,ils viennent 

les blanches robes

enrobées de leurs stéthoscopes

ils auscultent ,entendent ,écoutent.

le malheureux souffre de maux sans 

que le mot vaille et dévale sur la

langue du malade , omnipotent et

indépendant de tierces mains pour

de multiples ablutions de haut en

bas, ils, lui le malade ressent tant de

gène de se tripotage indispensable

pour son hygiène et tellement blessant

pour sa fierté , ayant depuis des lustres

oublié le sens de son ego et sa prude

conditions largement bafoué , non contraint

à causes de tant de mains qui le fleure et 

le tâte faut d'autonomie parti depuis lurette.

Il songe ,il pense ,il souhaite depuis

des temps incalculable a quitter avec 

honneur sa triste conditions de souffrance

et d'humiliation qui le blesse plus que sa

maladie ou maintes blessures.

Il y pense ,il le demande en derniers ressorts

après maints efforts se mot indescriptible,

euthanasie , qui signifie certes la mort, mais

surtout sa délivrance sur se lit , ou cloué depuis 

tant d'années lui donne déjà l'impression

d'être dans un cercueil de mâtiné à soirée.

Il la souhaite cette délivrance afin de clore 

enfin une existence inexistante.

 

 

Copyright ©by the rebelle

 

 

21:13 Écrit par Libre Ce dans Actualités, Historettes, Humeurs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite |  Facebook |

Le chasseur tueur

haiku

 

 

 

 

 

 

 

 

Un faon sort de la forêt
Pan pan
la vie s'éteint

 

Copyright ©by the rebelle

 

20:49 Écrit par Libre Ce dans Haiku | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : haiku |  Facebook |

10/09/2014

Palestine

palestine

 

 

 

40 ans de blabla.

Palestiniens ,c'est quoi!.

les oubliés,"qui!"...

 

Copyright ©by the rebelle

10:31 Écrit par Libre Ce dans Actualités, Haiku | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : palestine, haiku, actualite |  Facebook |

Jeunes sachant sans qu'ils sussent leurs ignorances grandissimes

generation.jpg

 

 

 

Jeunesses avides.

savent sans savoir.

arrogance désabusée.

 

 

Copyright ©by the rebelle

10:19 Écrit par Libre Ce dans Haiku | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : haiku |  Facebook |

La terre se meurt.

humeurs

 

 

sur la terre

Que de supplices au-delà des esprits bienveillants.

Que de grandiloquences et de vaines promesses

Que de désarrois sur terre et tant de haines

Que de pensées dépassant l'entendement

Que de vaines paroles redondantes et si souvent vides

Que d'exactions pour d'hypothétiques dieux virtuel.

Que de rejet et d'acceptation inconvenant et disconvenu

Que de défenestrations des esprits sur l'autel de la possession.

Que de gens bien si nombreux et si faibles dans leurs desseins

Que d'amours à distribuer et si peu de colporte pour le diffuser.

Que de bienséance servant à repeindre les façades de sangs

Que se passe t-il sur terre ou tant de guerre s'éternise pour des rien.

Que reste t-il a la terre que nous vidons de c'est bienfaits sans discernements.

Que reste t-il a l'humanité sinon sa piété le jour du jugement dernier.

Quant le Neandertal comprendra t' il que son passage est éphémère

, que sa seule force est de contribuer à l'assainissement d'une planète

qui se meurt à cause de maintes velléités absurdes et un matérialisme

désuets qui n'apporte qu'illusion pour cacher sa grandeur et son

immense petitesse.

Qui se souvient encore de jours de naïvetés dans une enfance passée.

Qui se souvient encore de jours de rire profond et d'amitié réelles

Qui se targue d'être supérieur pour quelques sous de plus que l'autres

La terre se meurt ,nous le savons ,nous le voyons, mais comme des

cons la majorité reste silencieuse alors même qu'elle a le pouvoir

de tout changer, il leurs manquent un leader , mais voilà ,il n'est pas

encore né ,quant bien même le temps nous est indéniablement

compté avant que la terre nous fasse comprendre qu'il est

 

l'unique Maître et prêt à nous sacrifier.

 

Copyright ©by the rebelle

10:05 Écrit par Libre Ce dans Actualités, Humeurs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humeurs |  Facebook |

20/07/2013

L'Echec

proverbes

 

 

 





Ce n'est pas l'échec le plus dure , mais de rester là ou tu es tombé sans réagir.

 

Copyright ©by the rebelle


14:43 Écrit par Libre Ce dans Proverbes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : proverbes |  Facebook |

28/06/2013

Réflexion puante.

humour,ironies

 

Tu pose un pied dans la merde et ton premier réflexe n'est il pas de dire Merde, Pourquoi!!. 


Copyright ©by the rebelle

22:14 Écrit par Libre Ce dans Humour/ironies | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour, ironies |  Facebook |

la verité des mots !!.Veulent tout et ne rien dire..

humeurs

 

 


Ils ouvrent les pavillons et écoutes au loin le bruissement des feuilles gratter par la plumes des penseurs libertaires , dans le dôme de leurs esprits ils chiffonnent les mots de convenances poser sur un lit de feuilles immaculées ,des mots à la résonance sinueuse ,ils écrivent des phrases formant la base idyllique de leurs dogmes assurées affirmant avec d'amples certitudes la véracité des choses noircies de leurs mains alerte, la grissaille former de tant de syllabes noircissent lestement la feuille qui un instant auparavant étalait sa blancheur son néant, de mot en mot le contenu devient comme une mélodie de rime qui s'étalent sans peine sous leurs doigts légers, le texte prend forme et consistance de millimètres a centimètres la cohérence apparait dans sa splendeur inéluctable, la vérité des mots que de chacun susse nous viennent alors aux yeux en les interprétant selon notre consistante compréhension des mots lus avec prestance ou voltige, les mots disent tant de choses préétabli par la pensée et suintement posé par la main de quelque écrivain que cela fusse ou par un manant, les mots un art d'éructer tant de vérité ou d'absurdité dans le seule bruissement des feuilles frotter par les doigts de son auteur, les mots une libre pensée qui est seule à se lire ou s'écrire sans le vacarme des rages contenues ou les exaltations des autres par timidité ou contenance, les mots , la parole du muet dans un monde tellement beau et futile ou les sommets de tout est si souvent paradoxe et certitude.

 

Copyright ©by the rebelle

22:05 Écrit par Libre Ce dans Humeurs, Inclassable | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humeurs |  Facebook |

24/05/2013

Je t'aime en toute simplicité

 

u2n04rm2.jpg

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
"Oh " ma belle, tu es venue sur ma route
au moment opportun ou mes idées sombraient
dans les abysses de menue tristesse, ton Aura
ma secoué au plus profond de mes espoirs déçus
,tu as sue par des mots simple redonner but
dans ma vie, ensoleillé mes jours et mon coeur d'espoir
que je croyait terni par les aléa de ma vie, ta beauté est bien
réelle mes les regards que tu me jette valent les mille-mots
que ta bouche pleine de passion ne saurait dire mieux, la vie
entrelacées de corps et de nos esprits nous confortent dans l'espérance
et les joies de la vie, a deux nous sommes comme un noeud créée
pour durée ,le genre de noeud que tant souhaiterait ne jamais
pouvoir être défait, nous formons depuis , tant d'unité d'amour
et de sincérité , sans frasque , mais avec rire et spontanéité
je t'aime un mot que je trouve trop simple pour d'écrire l'amour
que tu as su transposé de toi a moi en toute cordialité.

 

 

Copyright ©by the rebelle

 

21:31 Écrit par Libre Ce dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour |  Facebook |

le Pichet et l'oubli

humeurs

 
 
 
 



 
 
 
 
Fait bon se soûlé le gosier a coup de pichet,
remplir la tête de vapeur joyeuse et féerique,
Se retrouver dans un brouillard sans vision ,
Laché les cordes de la retenues et de mettre
c'est libido contenu a nu avec joyeuseté.
C'est tellement bon de se prendre une culottée
alcolisé et oublier les maux et fléaux du présent.
A coup de gnôle ont en oublie les tenant et fondement
de notre vie si souvent intérressé et mu par
de vague sentiment d'humanité par duplicité ou naïveté.
Comme il est bon de virer de sage a cuité et en oublié
toute dignité fusse pathétique au regard jeté sur
un pas chancelé, certes l'alcool ne résout rien
mais il est tellement bon de s'entouré de rêve
fusse de courte durée , mais en oublié les réalités
qui nous font chaviré à un moment donné.
le Pichet je le vois comme un ami non comme un ennemi
a moins que toi qui me juge me trouve raison à revenir
dans une réalité loin d'être dorée.

 

 

Copyright ©by the rebelle


21:10 Écrit par Libre Ce dans Humeurs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humeurs |  Facebook |